Une erreur est survenue dans ce gadget

mardi 26 avril 2011

Le cloud... expliqué par un dessin

Si vous ne connaissez pas l'ouvrage à gauche, je vous le recommande absolument !

L'idée défendue par l'auteur est qu'on peut résoudre tout problème avec... une image ! Ce qui est intéressant, c'est de retrouver les "charts" que l'on trouve dans tout outil décisionnel mais remis dans la perspective de la résolution d'une question ou d'un problème.

L'ouvrage est aujourd'hui une référence et la vidéo ci-dessous s'inspire clairement de l'ouvrage de Dan Roam.

La vidéo explique de façon très claire Windows Azure l'offre cloud de Microsoft - C'est d'une rare efficacité !



Pour le prix, c'est étonnant... cela sera facturé en fonction de l'usage et on doit parler de quelques centaines d'euros par mois.

samedi 23 avril 2011

la récré du WE 11ème épisode


Une petite vidéo pour geek en récré du WE... la bande de frappés ci-dessus montre ce qu'on peut faire avec les fameux disque dur SSD...



Mais quel lien avec la BI me direz vous ou comment passer du rigolo à la très sérieuse analyse du crédit suisse sur le "shift" technologique associé ICI - On en reparle dans la semaine de cette analyse.

jeudi 21 avril 2011

A-t-on encore besoin de chiffres dans un tableau ?

Je suis en plein dans ma période... du logiciel de gauche. Et de faire un post "provocateur" sur l'inutilité des chiffres dans un tableau !

Je pose le contexte :
- 2 mesures (le chiffre d'affaires et les profits associés)
- Par région (east, west, north, south)
- Par catégorie de produits (furniture, Office supply et Technologie
- Par an sur 4 ans

Dans un superbe tableau croisé dynamique... ca donne cela


Cela nous fait... 104 valeurs y compris le total !

Un petit tour de Tableau et hop



La taille de chaque "pie" est proportionnelle au chiffre d'affaires et vous avez à l'intérieur la répartition des profits par "product category"... Et là on commence à y voir des choses :

- L'évolution des "product category" sur 4 ans... et de voir que c'est une tendance générale toute région.
- On peut voir les "contrastes" région par région versus le total (South est très Technology versus Central)
- La taille des cercles nous renseigne sur le niveau d'activité (2007 et 2008 plus petits que 2009)
- Le poids des région (où West devient plus petit que les autres).

Si je veux voir les valeurs, un simple passage de la souris sur chaque cercle me permet d'avoir le détail - Et ainsi on vient de passer de 104 à... 20 signes !

Simple mais efficace non ?



lundi 18 avril 2011

Tableau software : pourquoi est-il différent ?

Plus je le regarde et plus il m'épate - Et de vous expliquer en quoi il est totalement différent de tout ce qui existe sur le marché.

1 - L'absence de typologie de graphique
Dans tout outil, vous allez "entrer" par le type de graphique (courbe, histogramme, etc..) - Dans Tableau, vous avez un ensemble de fonctionnalités qui vous permettent de faire des graphiques mais pas de typologie pré-définie. Cela permet de faire des choses totalement différentes. Sur ce premier graphique, on met en évidence la rapidité de progression du chiffre d'affaires des sociétés.

Sur ce second graphique, on localise la position moyenne des joueurs de deux équipes de foot pendant tout un match.


Je vous recommande la "gallery" (ici)... il y' une richesse incroyable et surtout, on est incapable de dire à coup sur que tous ces graphiques sortent du même outil...

2 - Il "sublime" les données 
Le tableau en dessous montre le delta de victoire équipe par équipe de basket... c'est  un non sens en terme d'utilisation brute - Qui irait ranger ses données comme cela ?


Et pourtant cela permet de faire le graphique suivant  qui montre en vert sur la première ligne que l'équipe de Boston écrase tout le monde ou presque (vert) sauf... deux équipes (les deux ronds rouges) !


3 - Il vous aide et vous propose des représentations !
Sélectionnez vos mesures et axes d'analyse et avec le bouton "show me", il va vous proposer des représentations... quand on regarde ce qu'il fait, on aurait jamais représenté de cette façon là les données. 


Il y'a une vrai surprise à chaque graphique et un "sens" différent qui peut être tirer des données alors que ce sont les mêmes représentées sous un autre angle !

Un dernier pour vous convaincre - ce sont le déplacement des ouragans de l'année 2005 avec leur intensité, les zones balayées et leur point de départ !


Quand je vous dis qu'il m'épate... pas vous ?

vendredi 8 avril 2011

la récré du WE : 10ème épisode


Un site qui fait le buzz via Twitter... 
Intéressante cette combinaison : story - data - design !
Ils ont fait une vidéo de moins de 2 minutes plutôt réussie


C'est beau le marketing parfois ;-)

mercredi 6 avril 2011

Story Telling... le test !

Un petit post dans la suite de celui consacré au storytelling et de vous proposer un petit jeu : http://www.thestorytest.com/ - vous aurez 10 textes et vous devez répondre à une question simple : "is this a story ?". Je vous conseille de faire le jeu d'abord avant de lire la suite ;-)


Vous avez mon score... mais surtout à la fin du test, il y'a un petit lien qui explique ce qui définit une histoire et notamment les critères à retrouver.


Le lien avec la Business Intelligence ?
C'est un bel objectif de se dire que votre projet décisionnel devrait être capable de raconter une histoire non ?  

Votre projet décisionnel ou datamarts contiennent déjà à coup sur un axe temps - Il est aussi fort probable que l'on trouve la notion de lieu géographique

La notion de "personnage" est très certainement à développer - On peut retrouver le chiffre d'affaires par clients ou commercial - mais il serait encore plus intéressant de voir l'ensemble des acteurs en jeu dans l'analyse d'une activité.  

La notion d'évènements est vraiment intéressante - On a quelque peu noyé cette notion à travers des mesures (ventes, achats, livraison) qui mesure (sic) l'évènement réalisé mais on gagnerait en analyse si on ajoutait : 
- les évènements de lancements d'offre que ce soit par nous ou la concurrence... 
- des évènements extérieurs (crise économique, catastrophe naturelle)
- l'ensemble des évènements antérieurs à la réalisation de la vente (prospection, avant-vente, etc...)

On gagnerait certainement en finesse d'analyse de nos mesures et du pourquoi de leur variation dans le temps.

Le dernier challenge restera d'exploiter dans une visualisation toutes ces données pour que cela raconte justement une histoire. C'est peut être aussi une façon de vérifier la pertinence des données dans vos datamarts... Sont-ils capable de raconter une histoire ? Ou encore de peut-être s'interroger sur certains reporting qui racontent souvent une histoire partielle parce qu'il manque un ou plus des 4 attributs clés (évènements, personnage, lieu, temps). 

lundi 4 avril 2011

User Centric BI

Il y'a beaucoup à reprendre dans les technologies du search si l'on veut s'orienter vers une BI centrée sur l'utilisateur. Une des particularités du Search réside dans le schéma ci-dessous


La surcharge de la requête
Quand on est dans des temps inférieurs à la seconde... on peut se permettre de "surcharger" la requête initiale de l'utilisateur, c'est à dire rajouter des conditions qui n'étaient pas dans la requête de départ et qui vont permettre d'affiner la pertinence.

Les caractéristiques de l'utilisateur
On ne cherche pas la même chose si l'on appartient à telle ou telle direction ou que l'on a tel ou tel rôle... C'est une évidence mais les outils BI font comme si tout le monde était identique. S'il appartient à la direction du marketing, il est plus intéressant de privilégier la recherche dans son domaine plutôt que celles de la direction financières. Cela permet également de ramener en priorité ce que ses pairs ont consulté ou consultent régulièrement. C'est dans ce "passage" de périmètre que l'on peut affiner de façon importante la pertinence des résultats.

Le contexte de recherche
Si vous venez juste d'analyser le chiffre d'affaires de janvier 2010 sur telle zone géographique et que vous vous interrogiez sur la répartition par produit - il semble naturel de retrouver en haut de la liste cette décomposition sur le mois de janvier et la zone géographique concernée. C'est l'exploitation du "où" est l'utilisateur dans sa recherche plutôt que de repartir du début.

La sécurité
Une des forces des technologies du Search est de pouvoir indexer la sécurité et de rajouter une "colonne" supplémentaire qui donne les autorisations possibles. Dès lors qu'une personne requête, il est rajouté une clause de "sécurité" qui va filtrer uniquement les résultats auxquels l'utilisateur a droit !

Et d'imaginer une BI inspirée du search où :

- les requêtes sont dans un langage naturel proche de ce que l'on tape dans les moteurs de recherche
- où la pertinence de ce qui est ramené dépend de son profil et de sa sécurité, voir de son historique de navigation
- où les recherches successives tiennent compte du contexte et du résultat des recherches précédentes

Bref, une BI centrée sur la personne... et non sur les données où l'outil de requetâge.. et où la pertinence devient un critère d'évaluation !