Une erreur est survenue dans ce gadget

lundi 21 mars 2011

La matrice d'évaluation des graphiques... (épisode 1)

Ma lecture du moment que l'on peut trouver ici - Le premier chapitre est signé par Julie Steele dont la vocation est "to find beauty in discovering new ways to understand complex systems, and so enjoys topics related to gathering, storing, analyzing, and visualizing data".... Pas moins ^^

Elle tente de répondre à une question difficile qui est : "Comment juger de la beauté d'un graphique ?"



4 critères peuvent définir un graphique :

- Informatif : A combien de questions le graphiques peut-il répondre ? (Ex : la répartition du chiffre d'affaires par produit ? la variation dans le temps du chiffre d'affaires ? le chiffre d'affaires par zone géographique ?)
- Efficace : Et de reprendre une idée d'E. Tufte qui est le niveau "d'encre" nécessaire pour véhiculer l'information. Un tableau de chiffre peut être très informatif mais il est beaucoup moins efficace qu'une courbe qui nécessite moins "d'encre".
- Esthétique : c'est un confort visuel au sens utilisation de couleurs, de l'épaisseur des traits, de légende pour mettre en évidence ce qui est important et remarquable.
- Original : au sens nouveauté, en dehors des standards afin de susciter chez le lecteur une envie et de l'appétence à "découvrir" le graphique.

Et de proposer une matrice "très personnelle" façon Gartner


De gauche à droite, on va juger du caractère informatif du graphique... passer la verticale du milieu, on va considérer que le graphique n'est pas seulement informatif.. il est aussi efficace.De haut en bas, on juge de l'esthétique du graphique... passer l'horizontale du milieu, le graphique devient alors original.

Et de le décliner avec trois exemples :

(1) Excel 2003... les pires graphiques de toute l'histoire des graphiques.

Je crois que cela se passe de commentaire... mais c'est en standard ce que l'on pouvait obtenir ! C'est très faiblement informatif... et c'est certainement pas esthétique non ?




(2) Le même en Excel 2010...

Le violet a disparu ainsi que le vilain fond gris - c'est plus confortable visuellement mais ce n'est pas plus informatif.





(3) La mise en forme conditionnelle

Que ce soit avec les couleurs, des barres ou des icônes... le tableau est à la fois informatif et esthétique au sens qu'il permet au lecteur de repérer tout de suite les valeurs remarquables.
Au fur et à mesure, d'autres graphiques se verront positionner dans ma matrice.

2 commentaires:

Claude-Henri a dit…

Absolument! C'est tout le débat de la visualisation graphique où l'efficacité de l'analyse de fond doit être "boostée" d'une certaine originalité dans la forme;
l'objectif étant d'intéresser un public lassé des présentations standardisées pour leur arracher quelques minutes d'attention.

darwin a dit…

Des exemples de cartographies des réseaux sociaux: http://www.knowtex.com/blog/knowtex-labs-graphes-sociaux/

Enregistrer un commentaire